header image
Generally when you spend all your time falling from the sky through the clouds, you end up turning it into an art form. And that is certainly the case for Sabia, who falls behind enemy lines like a dark night. She has the grace of a swallow, as light as the wind, and the destructive force of a battleship, wiping out everything in its path.
  • Released on friday 25/01/13
  • Illustrator: RoyalChu
  • Uncommon Card Available at the Shop
  • You don't have this character in your collection.
  • Sabia is currently forbidden in the Tourney format Tourney Type 1.
  • Sabia is currently forbidden in the Tourney format Tourney Type 2.
  • missions icon
  • Browse 28 Market offers
Ability

Ability

Support: -1 Opp Damage, Min 2
If Sabia loses their fight, the Damage inflicted on Sabia’s owner will be reduced by 1 points or up to a minimum of 2 for each character belonging to Sabia's clan and who is part of their team. Remember that Sabia is also taken into account.
Clan bonus

Clan bonus

Damage +2
La Junta’s Damage points are increased by 2 points. (Remember: Damage points are inflicted on your opponent if you win the round)
  • picture
    La JuntaSabia
    starstar
    3
    1
    Unlock ability at starstar
    Damage +2
  • picture
    La JuntaSabia
    starstar
    7
    1
    Support: -1 Opp Damage, Min 2
    Damage +2
La Junta
La Junta La Junta
67 characters
missions icon 26 missions
Clan's bonus Damage +2
These light-hearted, loudmouthed fighters are as nimble in their actions as they are in their wisecracks. As supporters of a strong regime, these soldiers have decided to bring society into line, starting by shaving the heads of the wimpy youth. In the long term, they’d be more than happy to take over the running of the government from those “bunch of morons”.
  • avatar

    offline F Gouache Titan  
    Sunday 27/01/2013, 14:09

    Sabia la parachutiste infernale de La Junta, une nouvelle recrue très appropriée dans un clan qui en avait bien besoin.

    Sabia est une réductrice de dégâts en support, c'est une grande première qui fait d'elle une solide 2* défensive; du pain béni pour La Junta, clan qui cherche à mettre l'adversaire KO mais doit aussi veiller à protéger ses propres points de vie, surtout face aux bonus offensifs.
    On avait déjà Jane Ramba Cr qui va coûter de plus en plus cher, Dugan plutôt limité au T2, Léo réservé aux débutants et Winston qui se fait un peu vieux. La petite Sabia arrive donc à point nommé.

    En Monoclan, grâce à son support, c'est une réductrice de tout premier plan : - 4 dégâts min. 2 pour une 2* avec 7 de puissance, c'est canon, ça gère quantité de grosses cartes et ça peut bluffer.
    En Biclan elle réduira le plus souvent les dégâts de 2, ça reste utile et correct.

    De par sa nature défensive, Sabia s'impose comme une valeur sûre pour La Junta, elle va rendre le Mono bien plus complet et s'imposera probablement même en Biclan T1.
    Le staff semble donc s'attacher à rendre La Junta plus sexy et c'est une bonne chose pour ce clan vieillissant. Qui sait, c'est peut-être le début d'une remise à neuf comme celle qu'on a vu récemment avec le Fang Pi Clang...

    Si vous m'avez lu, merci et bon jeu !

  • avatar

    offline Krycek1 Senior  
    Tuesday 05/02/2013, 04:49

    Origine du nom :
    Sabiha Gökçen (21 mars 1913, Bursa - 22 mars 2001, Ankara) est la première femme turque pilote d'avion, mais aussi la première femme au monde à avoir piloté un avion de combat. Elle est la fille adoptive de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République de Turquie.
    Fille de Mustafa İzzet Bey et de Hayriye Hanım, elle a perdu ses parents lors de la Première Guerre mondiale. Mustafa Kemal Atatürk a rencontré Sabiha lors d'une visite dans la ville de Bursa en 1925. Elle avait douze ans, et voulait étudier dans un internat. Atatürk l'a adoptée quand il a entendu parler de ses conditions de vie difficiles. Elle a d'abord fréquenté le collège Çankaya à Ankara, puis le Lycée d'Üsküdar pour filles (Üsküdar Kız Lisesi) à Istanbul.
    Le 19 décembre 1934, après l'entrée en vigueur en Turquie de la loi sur les noms de famille, Mustafa Kemal Atatürk lui donna le nom de Gökçen. Gök signifie "le ciel" et Gökçen signifie littéralement "appartenir au ciel". Mais elle n'était pas encore aviatrice, elle le deviendra six mois plus tard.
    Mustafa Kemal Atatürk qui mit beaucoup d'espoir dans le futur de l'aviation, créa une école d'aviation, Türk Kuşu (l'oiseau turc). Sabiha était à ses côtés lors de l'inauguration de l'école le 5 mai 1935.
    Après une parade de planeurs et de parachutistes étrangers, Mustafa Kemal Atatürk lui proposa de devenir parachutiste, ce qu'elle accepta et c'est ainsi qu'il l'inscrit dans cette école en tant que première femme stagiaire. Mais ce qui l'intéressa surtout, fut de pouvoir piloter un avion.
    Elle s'initia tout d'abord au vol à voile, et obtint rapidement son permis de pilote. Elle fut ensuite envoyée en Union soviétique avec huit autres personnes pour parfaire sa formation. Au début de l'année 1936, Mustafa Kemal Atatürk lui demanda de se rendre à l'Académie de l'armée de l'air turque pour devenir la première pilote de combat au monde. Elle y suivit une formation de combat et vole sur Bréguet 7 et Curtiss Hawk II. Elle apprit à piloter des bombardiers au sein du 1er régiment aérien dans la base d'Eskişehir.
    En 1937, elle prit part avec l'aviation militaire turque à la répression du Dersim, qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts dans les populations kurdes de la région.
    En 1938, elle effectua un vol de plus de cinq jours au-dessus des Balkans à bord d'un bombardier Vultee-V. Plus tard, elle fut nommée entraîneur en chef de la Türk Kuşu où elle a servi jusqu'en 1955. Elle devint ensuite membre du conseil exécutif de l'aviation turque. Sabiha Gökçen vola autour du monde pendant près de 28 ans, jusqu'en 1964, totalisant plus de 10 000 heures de vol sur une quinzaine de types d'appareils.
    En 1981, pendant les célébrations du centième anniversaire de la naissance de Mustafa Kemal Atatürk, l'Association aéronautique turque publia «Ma vie sur les pas d’Atatürk».
    Un aéroport à Istanbul porte son nom.
    Elle fut une source d'inspiration pour de nombreuses femmes pilotes, et la Fédération aéronautique internationale a créé en 2002 en sa mémoire une médaille qui porte son nom, médaille « réservée aux femmes qui ont accompli des exploits remarquables dans les sports aériens ».

    Merci pour tous ceux qui ont lu mon article , et pardon pour mon copier-coller pur et dur !
    Mon avis : Excellents graphiques et statistiques pour une simple 2 étoiles , ce qui signifie largement son prix (min 4000 clintz d'ici 2 à 3 mois)

  • avatar

    offline Senor Pumba Imperator  
    Tuesday 30/06/2015, 01:59

    Juste excellente, pas besoin d'en dire plus. smiley